Sections de cours

Généralités

Généralités – Texte – C1L03

Objectifs

Cette unité vise à élargir notre champ de vision et à découvrir les faces cachées de la coupe de cheveux. Pour un professionnel, avoir du recul par rapport à son travail quotidien permet avant tout de mieux appréhender certaines situations. Cela permet d’intégrer ses différentes expériences dans un parcours professionnel cohérent. Pour y parvenir, voici les objectifs à atteindre :

  • Connaître les aspects symboliques de la coupe de cheveux.
  • Identifier les qualités et les compétences à acquérir pour réaliser des coupes de cheveux.
  • Situer le rôle du coiffeur dans son contexte professionnel.

Plan

  • Pourquoi se coupe-t-on les cheveux ?
  • Qui est le coiffeur ?
  • Comment devient-on un coiffeur styliste ?

 

Introduction

Pourquoi se coupe-t-on les cheveux ? Qui est le coiffeur ? Comment devient-on un coiffeur styliste ? Autant de questions qui permettent de situer le travail du coiffeur dans son contexte social. C’est parce que le monde de la coiffure a de multiples visages qu’il est vécu différemment par chacun de ses acteurs. Un coiffeur a donc la possibilité de viser un parcours professionnel en fonction de ses priorités et de ses goûts. Il peut travailler dans un salon de quartier ou de centre ville ; se déplacer à domicile ou recevoir sa clientèle chez lui en aménageant une partie de sa maison ; il peut également exercer dans des établissements ou des institutions diverses (soins, cure, convalescence, armée, etc.) ; dans des centres d’hébergement, de loisirs et de vacances ; dans le milieu du spectacle et de la mode ; dans des entreprises de production et de distribution de produits capillaires ou poursuivre sa carrière dans l’enseignement. Mais, en s’orientant dans une voie plutôt qu’une autre, l’artisan coiffeur doit toujours avoir trois choses à l’esprit : ce que sa clientèle attend de lui, ce qu’il peut lui proposer et comment il peut y parvenir. Ces éléments constituent le socle invariable d’une prestation de service dont fait partie la coupe de cheveux.

 

Pourquoi se coupe-t-on les cheveux ?

la_coupe_methode_globale_Généralités

Dans notre quotidien, la coupe de cheveux joue un rôle hygiénique et esthétique selon les cas.

On se coupe les cheveux régulièrement parce qu’ils poussent et finissent par nous gêner ou tout simplement pour entretenir sa coiffure et se sentir beau et apprécié.

La coiffure peut également servir d’outil médiatique pour accompagner l’image d’un artiste interprète, d’un homme politique, d’un journaliste télévisé, etc.

Mais l’utilisation de la coupe de cheveux, du rasage et de la coiffure remonte à des temps très anciens comme lors de cérémonies catholiques où la tonsure faisait passer les adeptes de l’état laïque à l’état de clerc.

Cette pratique consistait à couper les mèches de cheveux sur le sommet du crâne sous l’aspect d’un petit cercle entièrement rasé.

la_coupe_methode_globale_Généralités

Après la Seconde Guerre mondiale, les femmes ayant eu des relations avec l’occupant étaient rasées en public. De nos jours, les prêtres bouddhistes renoncent aux désirs sensuels et matériels en se rasant le crâne, tandis qu’en Inde la chevelure peut constituer une offrande divine. Sans chercher à compléter la liste, car les exemples sont nombreux, on peut dire que notre coiffure traduit un ensemble de codes édifiés volontairement ou involontairement.

De tout temps, notre chevelure a été le symbole d’une appartenance à un peuple, à une religion, à une armée, à un groupe, à une fonction, bref à des mœurs et à des valeurs.

Couper ses cheveux revient à couper ses idées et à les ordonner, à leur donner un sens et donc une conduite à laquelle le sujet appartient. C’est en quelque sorte un signe d’obéissance à cette conduite fixée et par conséquent une soumission. La coupe de cheveux est une adhésion ou une obéissance à un groupe donné selon qu’elle est choisie ou subie.

Nous reconnaîtrons généralement les cheveux très courts ou rasés ainsi que les cheveux noués, tressés, attachés comme étant les signes d’une appartenance stricte, de soumission radicale, extrémiste, de punition voire d’humiliation. En revanche, les cheveux détachés et décoiffés représentent des signes de liberté, de refus ou de désordre.

la_coupe_methode_globale_Généralités

À chaque époque, la coupe de cheveux témoigne de ce qui se passe alors.

Les femmes ont depuis longtemps porté de longs cheveux et les ont coiffés de différentes manières, mais ces derniers furent coupés à chaque fois qu’elles revendiquaient un besoin de s’affirmer ou de se libérer socialement.

Ce désir de couper ses cheveux s’est associé à la volonté de rompre les schémas traditionnels de féminité auxquels elles appartiennent. De cette manière,
elles se sont imposées en voulant renverser une image d’infériorité et rejeter une fonction passive qu’elles occupaient dans la société.

Au début du XXe siècle, l’apparition des cheveux courts correspond à l’arrivée des femmes dans la vie active. Ayant de moins en moins de temps à consacrer à leur chevelure, les femmes se coupèrent les cheveux.

la_coupe_methode_globale_Généralités

“Les cheveux courts sont portés quand la femme prend une importance sociale plus grande, quand elle participe en même temps que l’homme aux grands faits sociaux” (France Coiffure, Printemps 1951 p.1).

Aujourd’hui, les individus adoptent une coiffure en accord avec leur identité sociale et professionnelle. Il s’agit de dégager au travers de son image le message que l’on souhaite transmettre au premier coup d’œil (respect, autorité, confiance, etc.).

Lorsque les changements de coiffure sont délibérés, cela signifie également que l’on accepte de suivre les évolutions de la mode ou des coutumes du monde qui nous entoure.

 

Qui est le coiffeur ?

Les connaissances et les savoir-faire

L’identité professionnelle donne un sens entre ce que le coiffeur représente et ce qu’il propose, mais il est avant tout reconnu dans un cadre réglementaire désignant au travers d’un référentiel d’activité, les connaissances et les savoir-faire à acquérir pour servir pleinement ses fonctions.

C’est au travers de diplômes que ces compétences sont mesurées et validées. Voici ce que les référentiels d’activité de la coiffure nous indiquent concernant la coupe de cheveux et les éléments qui s’y rapportent :

  • Le tituLaire du C.A.P. Coiffure est capable d’établir un bilan technique, de réaliser des coupes de cheveux faisant appel aux techniques de bases ; de préparer son poste de travail; de mettre en oeuvre des techniques d’hygiène et de contrôler la qualité du travail effectué.
  • Le tituLaire du B.P. Coiffure est capable d’identifier les besoins du client ; de créer et réaliser des coupes et des coiffures de ville ; d’apprécier l’efficacité d’une technique, d’un résultat et d’évaluer le travail du personnel.

 

Le rôle de conseiller

Une personne qui sort d’un salon de coiffure se sent généralement plus détendue et optimiste qu’en y entrant.

Le coiffeur a un rôle sécurisant et décomplexant et bien souvent agit sur l’assurance de soi. Pour réaliser un service, il entre dans une relation professionnelle dès le premier contact avec son client. Il s’entretient avec lui face à un miroir et s’engage dans un dialogue ouvert et dirigé.

Ce recueil d’informations précieuses constitue la matière de base pour orienter les services à réaliser. Il est d’ailleurs de plus en plus fréquent de voir des coiffeurs proposer un rendez-vous comme s’il s’agissait d’une consultation en incluant un véritable dialogue avec ses clients. Il a une fonction évidente de conseiller en matière de soin, de coupe, de coloration du cheveu, de coiffage et d’image de la personne.

la_coupe_methode_globale_Généralités

Pour son client, le coiffeur est un référent dont l’avis est justifié par son expérience. Il est au service de ceux qui n’arrivent pas à exprimer par leur image leur personnalité. Il agit sur la personnalisation, sur l’apparence face aux regards des autres.

Nous avons tous un besoin de nous affirmer par rapport à notre environnement tout en nous distinguant. La coupe de cheveux participe activement à cette représentation.

Le but d’un styliste est de conseiller à son client les traits d’un personnage en accord avec sa personnalité et son rythme de vie.

Cette approche nécessite du temps mais aussi une certaine psychologie de la part du coiffeur. Elle est difficilement compatible avec les travaux à la chaîne qui se pratiquent dans beaucoup de salons, car elle demande une attention soignée et constante, de l’intuition, mais également la confiance de la part de son client.

Cette confiance sera le fruit d’un accueil soigné dans un climat détendu et agréable. Enfin, le coiffeur ne réalisera une coupe de cheveux qu’en accord avec son client, parce qu’il doit avant tout respecter ses envies et ses peurs.

 

Comment devient-on un coiffeur styliste ?

Depuis les temps les plus reculés de la préhistoire, la coupe de cheveux et la taille de barbe ont suscité bien des inventions et des techniques.
Ces savoirs et ces expériences de nos ancêtres nous permettent désormais d’appréhender différemment la fonction même du coiffeur et de l’accorder avec les besoins de notre époque.

Aujourd’hui, la coupe de cheveux est arrivée à une grande maturité et s’assied sur des concepts théoriques qui lui permettent non seulement d’être enseignée rigoureusement mais également d’évoluer au travers de la créativité de chacun. Mais ceci n’explique pas pour autant ce qui différencie un bon coupeur d’un autre.

D’autres qualités comme autant de “savoir être” sont nécessaires à la réalisation d’une coupe actuelle. La curiosité des nouvelles techniques, l’effort et la persévérance, la motivation, l’ouverture d’esprit, la coopération, sans oublier la conscience professionnelle, permettent de mieux envisager des travaux de très haute qualité.

Loin d’être figée, l’approche de notre métier aujourd’hui sera remise en cause demain, au même titre qu’elle diffère d’un endroit à l’autre de la planète. En effet, les us et coutumes qui régissent nos sociétés changent continuellement. C’est pourquoi un coiffeur, qu’il soit débutant ou hautement qualifié se doit de constituer une base technique solide, qui lui donne la possibilité d’évoluer en permanence avec son époque.

 

EN BREF

  • La coupe de cheveux joue un rôle hygiénique, esthétique et symbolique.
  • Notre coiffure traduit un ensemble de codes édifiés volontairement ou involontairement.
  • La coupe de cheveux reflète notre identité sociale ainsi que le soin que nous portons à notre personne.
  • L’identité professionnelle donne un sens entre ce que le coiffeur représente et ce qu’il propose. Il est aussi reconnu dans un cadre réglementaire désignant les connaissances et les savoir-faire à acquérir.
  • Un styliste conseille à son client les traits d’un personnage en accord avec sa personnalité et son rythme de vie.
  • Un coiffeur doit se constituer une base technique solide pour pouvoir évoluer selon les besoins de son époque.
  • La coupe de cheveux s’assied sur des concepts théoriques. Elle peut désormais être enseignée rigoureusement tout en évoluant au travers de la créativité de chacun.
  • La curiosité, l’effort et la persévérance, la motivation, l’ouverture d’esprit, la coopération, sans oublier la conscience professionnelle, permettent de mieux envisager des travaux de très haute qualité.